couverture-broche

Les Roses du Veuf

Sortie courant Septembre 2021

« Avant les tracteurs, il y avait les bœufs. Derrière les bœufs, les enfants et la misère intellectuelle. Mais je n’aimais pas labourer, la terre me rebutait. Je préférais lire. »

La mécanisation des champs est une période fabuleuse pour étudier les conflits sociétaux et générationnels liés au travail de la terre. Cet univers-là fourmille d’intérêt. C’est une époque transitionnelle et un changement de société fulgurant.

Ne sommes-nous pas, tous plus ou moins, issus de la ruralité, intrigués et imprégnés des luttes et des efforts de ceux qui nous ont précédés de peu ? C’est ce que nous portons de plus émotionnel en nous, nos histoires familiales, inscrites dans nos gènes.

guillemets-gauche

Les lecteurs potentiels ne couraient pas les rues. C’était contre ce désert intellectuel que je voulais me battre. Contre cette réalité dont je fus instruit très jeune par Rosaline et contre ce sentiment d’infériorité qui avait participé grandement au déclin du Veuf.

Les Roses du Veuf – Claire Lota

guillemets-droit

À propos de l'autrice

Après s’être adonnée à la presse régionale et à la viticulture, Claire Lota a trouvé dans l’écriture romanesque un nouvel élan.

Elle affectionne particulièrement les années 6o, cette bascule révolutionnaire entre un temps contraignant et l’explosion de la société.

C’est dans cet entre-deux d’un monde finissant et d’un autre qui débute que l’autrice laboure son univers fictionnel.

portrait-claire

Avis des lecteurs

Avis - Claire Lota

Ce texte est habité par un style fluide et riche. Les descriptions sont savoureuses. C’est un plaisir de se plonger dans les lieux décrits autant que dans le monde intérieur de Simon. Le vocabulaire local apporte beaucoup et crée de l’authenticité.

Laure D.

Avis - Claire Lota

On en prend plein les sens : la vue, l’odorat, le toucher… Un livre d’une grande richesse dans lequel on ne s’ennuie pas et qui ne laisse clairement pas indifférent. On est emporté du début à la fin dans ces histoires de vies rudes et belles à la fois.

Gwenn A.